Le Chemin de St Michel (7 jours)

Randonnée de 7 jours.

Jour 1 (Etape de 37 km) :

Accueil vers 8 h pour café – croissant dans l’auberge-écurie du Grand Chemin ; attribution des chevaux.

8h 45 : préparation des chevaux pour mise en selle à 9h 30

Départ en chemins creux par le bourg de Madré, ancienne enclave normande, et franchissement de la Mayenne à Méhoudin pour rallier l’oratoire de Lignou (légende de la croix qui saigne) ; les chevaux empruntent ensuite le chemin des Templiers pour gagner la station thermale de Bagnoles de l’Orne (capitale des veines) ; passage dans le parc arboretum du château hotel de ville pour arriver sur le chemin de St Michel (GR 22) ; pique nique sur le « Plateau »

bonvouloir (Large)

 

Progression l’après midi sur le « chemin du faîte » (ligne de crète) en lisière sud de la forêt d’Andaines : passage au lit de la Gione (superbe dolmen , table de sacrifice d’une mauvaise fée qui dévore le cœur des jeunes gens égarés !), coup d’œil à la tour de Bonvouloir (phare de forêt et au moyen âge, où vous sera contée la légende des eaux vivfiantes de Bagnoles) ;

 

après les étranges sculptures de Ste Geneviève et Belle Arrivée, direction Champsecret (pays natal de Charles Léandre, caricaturiste du XIXeme) dont le château servit de repaire au Général de Frotté, chef de la chouannerie normande.; après le curieux village du Cerisier, en fin d’après midi bain des chevaux dansle gué de la Varenne au pied du Manoir de la Nocherie, IMG_1652 (Large)

 

terme de cette première étape pour dîner et hébergement (Victor Hugo lui même y passa une nuit en 1836 en compagnie de Juliette Drouet, sa maîtresse « officielle »…. de quoi générer des rêves pleins de romantisme !)

Hébergement en gîte.

Jour 2 (Etape de 25 km) :

Départ du manoir de la Nocherie pour rallier, par la voie verte, l’ancienne voie romaine qui reliait Jublains (en Mayenne) à Vieux (sud de Caen) et qui emmène les cavaliers à St Bomer les Forges ; la colonne s’engage alors dans des chemins très creux qui serpentent entre les vergers de poiriers à poiré multi-séculaires grâce auxquels cette région peut proposer à ses hôtes un calvados renommé.(possibilité pour les connaisseurs de ponctuer le pique nique à Lonlay l’Abbaye par cet inégalable digestif !) ; avant de seremettre en selle, visite de la magnifique abbatiale dont IMG_2151 (Large)les moines possédèrent plusieurs « filiales » en Angleterre après la conquête de Guillaume de Normandie ; le produit de la dîme perçue outre manche leur permit de financer cette somptueuse abbatiale qui, après maintes reconstructions, juxtapose harmonieusement le roman et le gothique ; on retrouve l’élégance de la silhouette de l’édifice sur les délicieux « sablés de l’Abbaye » produits dans l’importante biscuiterie qui jouxte l’itinéraire des chevaux et sollicite les narines des cavaliers ! passée la Bastille…. progression plein ouest sur une crète grèseuse qui conduit au gué de la Sonce dans le magnifique cadre de la Fosse Artour où vous sera contée l’histoire légendaire du Roi Arthur, de la Reine Guenièvre… et bien sûr de Lancelot du Lac ! Hébergement en gite.

Jour 3 (Etape de 29 km) :

L’étape débute par un cheminement forestier dominé par la Tour Achard (autre phare forestier) avant de contourner les carrières de Barenton et de parcourir la Lande Pourrie ; pique nique à Rancoudray à l’issue duquel la colonne s’engage dans la forêt de Mortain jusqu’à la Chapelle St Michel,IMG_2091 (Large) haut lieu de l’opération « Luttich » féroce contre attaque allemande d’août 1944 (mémorial américain , cote 313) ; cet endroit a pour nom « Montjoie » car les pélerins laissaient éclater leur joie lorsque le Mont de l’Archange leur apparaissait à la faveur d’une météo bienveillante !

L’étape se termine à l’Abbaye Blanche, superbe sanctuaire établi à l’initiative du Comte Robert, demi-frère de Guillaume le Conquérant. Hébergement gîte à proximité des célèbres cascades de la Cance.

Jour 4 (Etape de 26 km) :

Etape quasi montagneuse avec de fortes pentes dès l’approche du pittoresque village de Bellefontaine au cœur d’un bocage que le vallonnement a préservé. Pique nique à la chapelle de Montfort avant de descendre dans la vallée de la Sée (rivière à saumons) ; les collines se succèdent pour acheminer la colonne au ruisseau de Pierre Zure ; parcours enchanteur dans un environnement sauvage où l’homme semble n’avoir jamais pénétré ! retour à la civilisation en arrivant à St Michel de Montjoie, cité du granit à 306 m d’altitude ! fin de l’étape à St Pois où les chevaux sont accueillis à la Cour du Château !… les cavaliers se contentant d’un hébergement en gîte !

Jour 5 (Etape de 28,5 km) :

Dès le début de l’étape les cavaliers affrontent le bien nommé « Val d’Enfer » au départ de St Pois, pour gagner ensuite Coulouvray par de superbes chemins creux ( GR des Balcons de la Sée) jalonnés de vieilles demeures en granit ; passé le pittoresque petit bourg des Loges sur Brécey (pique nique) ; l’après midi le granit laisse la place aux bois qui entourent le pittoresque et bien nommé petit bourg de St Jean du Corail des Bois…voisin du village terme de l’étape : La Chaise Baudouin dont le nom vient du seigneur de l’endroit au XI° siècle, Baudouin de Meules, fils de Gilbert de Brionne, tuteur de Guillaume le Conquérant !

Hébergement en gîte.

Jour 6 (Etape de 28,5 km) :

rando_mt_st_michel2Lorsque le soleil se lève tôt, les cavaliers randonneurs, à peine en selle, peuvent apercevoir le Mont St Michel au cœur de la baie ! de quoi donner de l’allant aux chevaux pour rallier Tirepied où l’on retrouve la Sée, rivière très prisée des pêcheurs de saumon ! raide ascension à suivre pour retrouver le GR 22 au hameau des Forges ; progression plein ouest sur la ligne de crête jusqu’aux abords d’Avranches dont l’évêque Aubert fut en 708 l’initiateur de la construction du premier oratoire dédié à St Michel sur le Mont Tombe. Pique nique à St Brice puis contournement de la cité épiscopale via St Martin des Champs d’où l’on peut à nouveau admirer à loisir le Mont environné de sa baie argentée. C’est à la Basse Guette que cavaliers et chevaux pénétrent dans la baie et rallient le Gué de l’Epine, terme de l’étape, en suivant le cours de la Sélune au travers des herbus et en se frayant un passage dans les troupeaux des célèbres moutons de prés salés. Hébergement en hôtel.

Jour 7 (Etape de 22 km) :

DSC_8462_redimensionnerFranchissement de la Sélune à Pontaubault par le pont qui permit à Patton d’ouvrir à ses chars la route des ports bretons après la « percée d’Avranches ». progression dans les herbus jusqu’à la Roche Torin, véritable havre de paix pour les oiseaux migrateurs. Cavaliers et chevaux apprécient la souplesse des herbus au trot comme au galop. Très jolie vue sur le rocher de Tombelaine depuis l’aire de pique nique du Rivage. Quelques foulées permettent de gagner le barrage de la Caserne pour y attacher les chevaux pendant que les cavaliers vont visiter la Merveille.

Retour des cavaliers au Grand Chemin en minibus. Collation dînatoire pour clore le périple.

Tarif : 805,00 €